Caractérisation qualitative et technologique du liège algérien en vue de sa meilleure valorisation industrielle et économique

Type : Projet national de recherche
Domaine : Valorisation des matières premières et industrie
Version PDF : (.pdf)
Description :
Le chêne-liège (Quercus suber L.) est un arbre qui doit sa noblesse et sa valeur économique à son écorce qui se régénère une fois extraite. La superficie potentielle de cette essence en Algérie représente prés de 16% des subéraies mondiales, soit 450 000 ha tandis que celle productive est aux alentours de 220 000 ha. La production du liège brute a subi des fluctuations importantes au fil du temps et ne représente actuellement que 5 % du tonnage mondial. Cette production est en moyenne de 10000 tonnes/an, volume très inférieur à la production potentielle estimée à 25 000 tonnes. Cette situation a bousculé vers une tendance de dégradation, d’appauvrissement et de destruction du capital liège et arbres en même temps. Plusieurs facteurs ont contribué à cette situation (vieillissement des peuplements, manque de sylviculture, incendies, absence de régénération, dépérissement, etc.). En plus, la qualité du liège a subi une dépréciation alarmante où 80% de la production est devenue impropre au bouchonnage de qualité, donc destinée à la trituration ce qui engendre une perte économique considérable. Le projet d’étude proposée est original en Algérie. Il vise à élaborer un véritable document opérationnel pour l’industriel en lui fournissant toutes les informations sur la qualité du liège de nombreux peuplements encore ignorée. Il vise aussi à identifier les facteurs pouvant contribuer à améliorer cette qualité pour son meilleure valorisation industrielle. Cette démarche œuvre vers une gestion durable de la suberaie visant à promouvoir une production durable du liège et pourvoir durablement cette matière première aux unités de transformation . Ce processus nous ramène enfin de parcours à une proposition d’une mise au point d’un système de certification éventuel de notre liège.