caractérisation des matériaux par les techniques optiques

Type : Projet du centre CRTI
Organisme : Centre de Recherche en Technologies Industrielles (CRTI)
Unité : Centre de recherche en technologie industrielles CRTI, Ex - CSC
Division : Division des techniques d’évaluation et de contrôle non destructif
Equipe résponsable : Equipe N°15 « Matériau et Spectroscopie Vibrationnelle »
Période : 2013 - 2015
Version PDF : (.pdf)
Mots Clés : Réflectométrie, Ellepsométrie, Photo-commutation, simulation, Moléculaire Magnétique, Microscope Optique
Description
L’objectif de se projet est d’utiliser les différentes méthodes expérimentales non destructifs tel que les techniques optiques pour la caractérisation des propriétés électroniques et optiques et l’évaluation des matériaux et de leurs interfaces, tel que l’ellipsométrie spectroscopique, le microscope optique, la réflectométrie, pour cela nous allons examiner comment révéler, observer les changements microstructurales des matériaux moléculaires grâce aux méthodes non destructifs en précisant :- L’origine des contrastes visible par l’œil humain et significatifs de la constitution structurale du matériau - Les instruments optiques employés ;- La préparation des échantillons, surtout pour la microscopie optique ;- L’observation et l’interprétation des images en terme de structure.On va s’intéressé aussi à la commutation moléculaires que possèdent certains solides dits « multi stables », présentant au niveau moléculaire plusieurs états possibles entre lesquels la commutation est possible, de manière réversible, sous l’effet de facteurs extérieurs que l’on détaillera plus loin.La finalité principale des études de commutation moléculaire est la réalisation de mémoires optiques non-volatiles, c’est à dire ne nécessitant pas d’énergie pour maintenir le bit d’information dans un état donné. Par principe, un système bistable peut contenir, au moins temporairement, un bit d’information. Cependant, il semble nécessaire de réunir quelques centaines de molécules pour stocker durablement l’information dans des mémoires de type « point à point », alors qu’il en faudrait un nombre un peu plus considérable pour des mémoires de type holographique. Quel que soit le type de mémoire choisi, l’extrême petitesse des dimensions moléculaires devrait conduire à des mémoires de densité très supérieures aux standards actuels.Nous envisageons de développer un champ d’investigation permettant d’appliquer plusieurs domaines scientifiques tel que la physique, l’électronique, la chimie, le traitement de signale et l’image.